PIERRE MERCIER
Accueil du site > Y. ACTUALITÉS/NEWS > notes (chroniques) 2.

notes (chroniques) 2.

samedi 27 septembre 2008, par Pierre Mercier


Il arrive un moment où certains articles sont trop longs pour être poursuivis dans une page sous SPIP donc il faut créer un nouvel article.
Voir notes (chroniques) 1.-> : clic
et notes (chroniques) 3.

27.09.08

Réponse super rapide et sympathique d’un des Bourgeois de calais, le groupe est d’accord pour que je puisse utiliser les documents de leurs sites ! Voir "une fin possible"
 

25.09.08

Promenade active est projetée au "Quartier" à Quimper Promenade Active le 2.10 : " Le Quartier " à Quimper ...
 
 
 

16.09.08 le soir avant la bascule vers le lendemain
PLSO en panne me donne très envie de faire une simple conférence filmée. Une chose finalement amusante. Y aura-t-il besoin de + que moi tout seul ? Mais vraiment marre que ce projet occupe tant de place sur le site pour rien. Les nouveaux articles vont le faire aller au fond, lentement ; comme le corps d’une baleine morte, il nourrira le krill que mangeront d’autres baleines ou des petits poissons plus résistants.

16.09.08 L’espace, le soir.

 

QuickTime - 1.2 Mo
L’espace est ...
Clic : conférence/espace

14.09.08 Attention, chutes d’eaux !
 
 

QuickTime - 4.9 Mo

06.09.08

l’automne s’installe, les jours raccourcissent, un temps mélancolique ... Mais Promenade bourgeoise sera en ligne aujourd’hui dans une nouvelle version ... finie ?

17.08.08

Voyage et travail ... la troisième partie de promenade bourgeoise en chantier, mais les expériences-conférences continuent !

QuickTime - 2.5 Mo

c’est la suite logique de la conf sur "les poissons" qu’on peut voir ci-dessous.

04.08.08

Il semble que la compréhension de P.B. ne soit pas simple, j’ai donc travaillé sur une deuxième version qui explique mieux le contexte et ai corrigé quelques fautes ... c’est en ligne

02.08.08

les deux premières parties de Promenade Bourgeoisesont faites, il y aura des retouches mais pour l’instant ... ça va dormir un peu, il me manque des documents pour travailler. L’Opéra semble s’être endormi mais ... quand même ... il y a eu une réorganisation des informations ... et le projet d’installation ... pourrait bien voir le jour.

25.07.08

JPG - 62 ko
promenade bourgeoise
à suivre ...

24.07.08

La première partie de Promenade Bourgeoise est finie ! On y verra ... un joli banc de poissons ...

14.07.08

QuickTime - 4.5 Mo

Un clic sur l’image et c’est une brève conférence ... qui commence ... (à suivre...)

09.07.08

ça travaille

Rackham comprenne qui pourra

18.06.08

Bien possible que ce soit la Brise marine en effet qui se soit arrêtée. Mais quand même, je ne comprends pas pourquoi ou pour qui Mallarmé a écrit ces vers ...
En tout cas, pour nous, pas de vagues, de brise, de vent ni de courants sous-marins. Un calme plat ... pour l’instant. J’espérais quelques notes ... mais non, rien ; ça me donne envie de faire du cinéma sur une île déserte !

15.06.08

On dirait que quelque-chose s’est arrêté et j’ai perdu un pari :
Qui a écrit :
"la chair est triste hélas, et j’ai lu tous les livres" ?

14.06.08

13.06.08

12.06.08

27.05.08

Je me suis pris d’une grande admiration pour la courte conférence dont vous trouverez le lien ci-dessous. Une explication brillante du concept d’immanence chez Spinoza. Pour moi, cela fait bizarrement écho avec une phrase prononcée par un moine dominicain, le Père Cardonnel, qui avait dit :
" Dieu s’est fait homme, ne nous hâtons pas de le refaire Dieu ".

Écouter la conférence de Yirmiahu Yovel

29.04.08

Après bien des déboires informatiques Promenade Impécise est enfin en ligne !

16.02.08

Notes de lecture

Miguel Benasayag et Diego Sztulwark
Du contre-pouvoir

Ed. La Découverte/Poche Essais 2002

… dans cet inquiétant début de millénaire, le « futur » a perdu bien plus que sa capacité à évoquer en nous ce doux et enviable monde de bonté à venir. Nous nous trouvons face à une véritable inversion de l’idée même de promesse. La postmodernité a en effet produit son contraire symétrique : le futur, le lendemain relevant jusqu’alors du domaine de l’espoir, s’est tragiquement transformé en une attente angoissée face à l’horizon de la « menace ». C’est ainsi que la tristesse et l’impuissance ont gané le quotidien de nos sociétés. Deuil impossible de la promesse, vie impossible sous la menace, la véritable barbarie avance chaque jour un peu plus. Le capitalisme sous sa forme néo libérale (ou non) apparaît aujourd’hui comme un horizon indépassable, un système de la tristesse « consolidé » dans lequel rien ne serait plus possible. Comme si les multiples, riches et terribles expériences des peuples dans la recherche de leur émancipation étaient définitivement révolues et condamnées.

Note personnelle : les poissons ne font pas de stock.

10.12.07

you know what ?
I am happy
since 23h32

08.12.07

Natasha Barret découverte à Montréal.
Écouter en particulier planctonic float.

01.12.07

LA MOULE

Cette roublarde a évité le moule de la société.
Elle s’est coulée dans le sien propre.
D’autres, ressemblantes, partagent avec elle l’anti-mer.
Elle est parfaite.

Marcel Broodthaers in Marcel Broodthaers par lui-même, Ed Ludion, p.35

LA MÉDUSE

Elle est parfaite.
Pas de moule.
Rien que le corps.

Marcel Broodthaers in Marcel Broodthaers par lui-même, Ed Ludion, p.37

27.11.07
"le Christ est un kamikaze" PM

25.11.07
"Si l’un a intérêt à agir, l’autre doit avoir intérêt à attendre."
J’avance doucement dans un chaos personnel et dans la lecture de Girard :
"L’action réciproque, si les conditions d’unité de temps et de lieu sont réunies - à savoir, écrit Clausewitz, un "acte isolé", une décision "unique" et "complète", c’est à dire absolue dans son résultat - va provoquer une montée aux extrèmes. Mais l’action réciproque est aussi ce qui peut différer cette montée aux extrèmes, et constituer le moteur caché des "guerres réelles", dans leur différence avec la "guerre absolue" : nous entrons dans le jeu des supputations diverses sur les intentions de l’adversaire, le calcul des probabilités, etc. L’action réciproque est donc à la fos échange, commerce, et réciprocité violente. Comme l’écrit Clausewitz à la même page :"Si l’un a intérêt à agir, l’autre doit avoir intérêt à attendre." La guerre réelle s’éloigne donc de la guerre absolue parce qu’elle prend en compte les dimensions de l’espace et du temps : les lieux, le climat, les "frictions" diverses, la fatigue etc. Et à ce moment-là, les deux adversaires ne monteront pas aux extrêmes, ils ne se répondront pas mutuellement, dans le même temps et le même lieu.

21.11.07
Les choses avancent dans le projet "par la suite : Opéra en (plusieurs) actes. On pourrait ou devrait carrément ouvrir une rubrique "écosystème" pour raconter l’histoire du krill et des baleines qu’Anahita, timide, tarde à mettre en ligne !
Et la citation du jour :
"Le primat de la victoire est le triomphe des faibles. Celui de la bataille, en revanche, prélude à la seule conversion qui compte. Telle est l’attitude héroïque que nous avons cherché à redéfinir. Elle seule peut faire le lien entre la violence et la réconciliation, ou, plus précisément, rendre à la fois tangibles la possibilité d’une fin du monde et d’une réconciliation des hommes." René Girard in introduction de "Achever Clausewitz" Ed. carnetsnord.

18.11.07
Encore une citation pour aujourd’hui : La grande force des cons c’est qu’ils savent se reconnaître du premier coup d’oeil, pratiquent l’entre-aide, se cooptent, se multiplient comme des rats. Les pas-cons sont perdants parce qu’ils sont trop individualistes. Le con est essentiellement grégaire. Sur le plan darwinien il est redoutable. Clausewitz

17.11.07
Pour aujourd’hui, juste un lien pour dire que j’aime assez bien PARISart et les éditos de André Rouillé, et celui d’aujourd’hui : "Tentatives d’épuisement de la représentation" et analyses de Courbet, Claerbout, Serralongue, il est vraiment bien dans sa simplicité claire. Voilà, c’est tout.

5.11.07
La culture (si l’on entend par là les valeurs publiques, les valeurs standardisées d’une communauté) sert de médiatrice à l’expérience individuelle. Elle lui fournit d’avance certaines catégories de base, un schéma positif dans lequel s’insèrent en bon ordre, idées et valeurs. Enfin, et surtout, la culture exerce une autorité certaine ; chacun s’y conforme parce que les autres le font.
(...) Au risque de perdre la confiance investie en elle, toute culture doit faire face aux anomalies qui découlent de son système.

En qualifiant un phénomène de dangereux, on le dérobe à la discussion. On atteint par là même occasion un plus haut degré de conformisme ...
Marie Douglas, De la souillure, (Essais sur les notions de pollution et de tabou), Ed. La Découverte/Poche, 2001 [première édition en français, Maspero 1971].
Rackham comprenne qui pourra

 Chronique suivante


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette